Mise à jour des DIP / Certificats IFRA

Bonjour,

L’Ifra a publié, le 10/06/15, son 48ème amendement.

L’occasion de vous rappeler de demander périodiquement les dernières versions à vos fournisseurs de compositions aromatiques et d’huiles essentielles.

Tous les fournisseurs n’ayant pas encore intégré ces nouvelles règles, assurez-vous de posséder à ce jour au moins le certificat conforme au 47ème amendement.

Que faire si le nouveau certificat indique un pourcentage maximum d’utilisation inférieur au précédent ?

  • Pour un cosmétique qui ne contient qu’une composition aromatique ou qu’une huile essentielle, vous n’avez à priori rien à faire si vous êtes encore en dessous du seuil. Si vous êtes au dessus, vous devez faire réévaluer votre formule et il y a de fortes chances que vous devrez redescendre en dessous du seuil.
  • Pour un cosmétique qui contient un mélange de compositions aromatiques ou d’huiles essentielles, vous devez faire réévaluer votre formule même si vous êtes en dessous des seuils car il peut y avoir un effet de cumul entre les parfums.

L’occasion de vous rappeler que les DIP sont vivants, qu’il convient de vérifier périodiquement qu’ils sont toujours à jour et qu’encore une fois le choix des fournisseurs a un impact sur cette surveillance, certains fournisseurs informant par exemple leurs clients sur les mises à jour de leurs documents.

 

31 réflexions au sujet de « Mise à jour des DIP / Certificats IFRA »

  1. bonjour,
    voila mon petit souci,
    je suis en train de créer un dossier dip pour un premier savon, sans huile essentielle,mais avec un macérat huileux fait moi même.(Que je filtre et intègre le jour même de la fabrication du savon) et je ne comprends pas comment l identifier dans ma formule qualitative de la recette.
    est ce que je ne dois noter que l huile utilisée?ou est ce que je dois bien spécifier le mélange huile/fleurs?
    dois je créer un dossier dip pour ce macérat qui n est pas fait pour la vente ,mais juste pour la fabrication de ce savon?
    j espère avoir été assez explicite sur ma question.

    Aurelia

    1. Bonjour,
      L’ingrédient utilisé dans votre savon est le macérât.
      Il vous appartient ensuite de documenter le macérât en question comme tous les autres ingrédients.
      Il ne faut pas faire un DIP pour un ingrédient.
      Laurent

    1. Bonjour,
      Quelle est la fonction de ce mélange ?
      S’il s’agit d’un produit cosmétique ?
      Si oui, la règlementation dit que tous les produits cosmétiques doivent avoir un DIP.
      C’est la fonction d’un produit qui détermine la réglementation applicable.
      Laurent

  2. Bonjour je dois faire un dip pour du gel lavant qui utilise des huiles essentielles , je dois fournir un certificat IFRA mais le fournisseur ( aroma zone) ne veut pas me le fournir que dois je faire ? est ce que je peux le faire moi même ?
    merci à vous

    1. Bonjour,
      Non, vous ne pouvez pas faire le certificat IFRA vous-même.
      Même si vous aviez le logiciel, il vous faudrait des données qu’Aromazone ne veut visiblement pas fournir.
      La seule solution est de trouver un autre fournisseur.
      Laurent

  3. Bonjour Laurent et tout le monde,

    J’espèce que ce forum fonctionne toujours.

    S’il s’agit de commercialiser vos produits, je voudrais apporter une info. par rapport à toutes ces questions INSOLUBLES et que nous nous posons entre nous, naïvement…

    Un DIP veut dire ipso facto le passage par un labo, et donc un toxicologue… et donc des informations bien précises !!!

    Pour aller très vite : la norme ISO 22716 et la RC 1223-2009, entre autres, ne permettent pas la moindre fabrication de produits fait-maison pour un DIP !!!

    Pour ma part, tous les toxicologues que j’ai approchés m’ont répondu la même chose !!! pas d’ingrédients maison !!!

    Par ailleurs,
    le papier d’emballage des savons, l’encre utilisée pour l’impression, les contenants (flacons, bouteilles, etc.) et leurs fermetures… TOUT, absolument tout doit être accompagné de documents qui attestent de leur TRACABILITE !!! re-FT, FDS et co.

    Il faut des FT, des FDS et des BA (pour les initié-es), ainsi que les certifications « Cruelty Free », IFRA et co. C’est très contraignant, mais c’est comme ça ! En cas de contrôle, on est tranquille !

    Voilà où j’en suis !

    Le paradoxe est que lorsque j’appelle un imprimeur pour les emballages papier… , il ne voit même pas de quoi je parle ! Il me répondent tous qu’ils travaillent avec des savonniers PROFESSIONNELS, entre autres, sans problème aucun ! ni FT, ni FDS, ni rient du tout !

    L’autre paradoxe, et que des cosméticiens professionnels (et donc déclarés à l’ANSM) sont fiers de leurs ajouts personnels : fleurs, plantes, etc.

    Je ne comprends pas ces contradictions flagrantes !
    Ou alors, il y aurait des toxicologues plus « souples » que d’autres pour le DIP et la validation des formules…
    Si vous pouvez éclairer ma lanterne… , svp.

    Si non, je colle à la réglementation, à la lettre, pour faire rédiger mon DIP, avec des ingrédients documentés, sans la moindre fabrication maison.

    A bon entendeur !

    1. Bonjour,
      Je ne suis pas d’accord avec l’affirmation « pas d’ingrédients maison !!! ».
      En effet, il est tout à fait possible de produire son ingrédient.
      Vous devenez ainsi « le fournisseur » et c’est vous qui documentez l’ingrédient.
      Peut-être pas les labos, mais de nombreux toxicologues indépendants « dont nous-même » acceptons les ingrédients « maison ».
      Pour les emballages, c’est surtout la preuve de l’aptitude au contact alimentaire qui est importante.
      Mais, dans le cas des savons, nous acceptons du papier et du carton qui ne soit pas apte au contact alimentaire car le contact reste très superficiel.
      On ne peux pas dire qu’il y a des toxicologues plus « souples », c’est plutôt une question de réflexion et d’avoir envie de produire des raisonnements autres que les raisonnements standards.
      Vous trouverez plus d’informations sur notre plateforme dédiée à l’évaluation de la sécurité de vos produits : http://www.adepro-consultant.fr
      Laurent

  4. Bonjour,

    Je suis un petit peu perdue concernant les différents tests pour chaque catégories de produits avant la mise en vente.

    Pouvez vous me dire quels tests sont obligatoire ou non dans le cas d’un produit rincé ne contenant pas d’eau, mais une fragrance synthétique

    merci

  5. Bonjour Laurent et les autres,

    Si une huile pour le corps (non hydratante car pas de présence d’eau) n’est pas considérée comme un cosmétique alors c’est quoi? Mise à part un DIP faut il d’autres documents pour la commercialiser ?
    Merci!

    1. Bonjour,

      L’absence ou la présence d’eau n’est pas lié à l’hydratation.
      C’est la fonction d’un produit qui détermine la règlementation applicable.
      A quoi sert cette huile appliquée sur le corps ?
      Si elle nourrit, protège, hydrate la peau, c’est un cosmétique
      Si elle soigne une maladie, c’est un médicament,
      Si elle repousse les moustiques, c’est un biocide, ….
      Et à chaque fois, ce sont des règlementation différentes.

      Voir la définition d’un produit cosmétique à l’article 2 du Règlement 1223/2009.

      S’il s’agit d’un produit cosmétique, voici en quelques mots les obligations réglementaires liées à la fabrication et à la mise sur le marché de produits cosmétiques. Elles consistent à :

      Déclarer l’établissement à l’ANSM.
      Constituer et tenir à jour des dossiers d’information produits (DIP) comprenant notamment un rapport d’évaluation du risque pour la santé humaine.
      Déclarer les produits sur le portail européen CPNP (appelé notification des produits).
      Fabriquer conformément aux Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF).
      Avoir un étiquetage conforme à la réglementation.

      Laurent

  6. Bonjour,
    J’ai une nouvelle question qui concerne les savons SAF, je souhaite faire fabriquer du savon au lait de chèvre ou d’ânesse par exemple. Y a-t-il des documents réglementaires à demander au fournisseur du lait ? (Qu’il soit en poudre ou liquide)

    Bien à vous

  7. Bonjour

    J’aimerai savoir si le certificat IFRA pour les parfums est il obligatoire ? Comme il s’agit d’un code bonne conduite/pratique, il ne serait à mon sens pas obligatoire, mais seulement recommandé…

    J’ai du mal à trouver une réponse claire.

    Quelqu’un aurait il la réponse à cette question ?

    merci d’avance

    cordialement

  8. J’ai également une autre question :

    Si je comprends bien, si nous n’obtenons pas la certificat IFRA, nous ne pouvons pas obtenir le DIP ?

    Où bien le DIP est il distinct de la certification IFRA ?

    Merci d’avance

    cordialement

  9. Bonjour je suis titulaire d un DESS contrôle qualité productions animales et végétales, suis je habilitée à élaborer un doc DIP?
    Cordialement

    1. Bonjour,
      Constituer un DIP, tout le monde peut le faire.
      C’est pour la partie B du rapport de sécurité qu’il faut une formation spécifique : toxicologie, pharmacie, médecine.
      Voir article 10 du Règlement 1223/2009.
      Je ne pense pas que votre diplôme vous permette cela mais vous pouvez prendre contact avec l’ANSM.
      En effet, au cas par cas, en fonction des expériences professionnelles, ils peuvent donner des autorisations.

  10. Bonjour
    J’ai une question s’il vous plaît
    Pour une formule avec plusieurs huiles essentielles il faut demander un certification IFRA pour la formule ?
    Merci d’avance

    1. Bonjour,
      Si c’est un parfumeur qui fabrique un parfum avec des huiles essentielles, il doit être en mesure de créer un certificat IFRA pour le mélange.
      Sinon, avec les certificats IFRA de chacune des HE, il sera possible d’évaluer la sécurité du produit qui contient ce mélange.
      Laurent

  11. Bonjour Laurent,
    J’ai une question concernant l’HE de patchouli ; le pays d’origine change régulièrement chez mon fournisseur (Indonésie , Sri lanka , Inde , Rwanda ….) ; c’est ingérable ; je me suis renseignée chez Actibio , ça risque d’être le même problème selon les récoltes , problèmes climatiques etc…
    Revenir vers le toxicologue à chaque changement, c’est très onéreux .
    Qu’en penses-tu ?
    Merci d’avance

    1. Bonjour Catherine,
      Le pays n’a pas d’importance et la solution est très simple.
      Le fournisseur n’a cas établir une documentation sur la base de spécifications qui prennent en compte les variations possibles d’un pays à l’autre sans mentionner de pays ou en mettant tous les pays.
      S’il fournit une seule documentation pour tous ces approvisionnements, nous allons considérer qu’il s’agit toujours de la même qualité.
      Mais s’il change ses spécifications à chaque fois, il faut bien mettre à jour les dossiers !
      Bonne journée

  12. Bonsoir,
    Je tente ma chance ici car je ne trouve d’info claire nul part, pas même sur le site officiel de l’Echa ou du centre anti poison. À s’en arracher les cheveux 🙁
    Je vous explique : moi c’est pas des savons que je confectionne mais des bougies parfumées (je sais, c’est un site sur les savons ici mais dans le désespoir..). J’utilise des huiles parfumées fournies avec un certificat Ifra du fournisseur. Je ne mets que de la cire de soja et de la stéarine qui sont des éléments végétaux naturels et sans danger. Par contre, je lis à demi mot que je dois faire une demande Ifra (payante 200 eur en Belgique donc chez moi et par composition) si je joints l’huile parfumée dans la composition de ma bougie. Maintenant l’info n’est pas claire, certains disent oui, d’autres non. Je ne vois pas pq je devrais demander ce fameux Ifra alors que le fournisseur l’a déjà et que je n’ajoute aucune substance dangereuse supplémentaire. Je sais que je dois étiqueter avec afnor et clp. Maintenant je lis qu’il faut aussi le FDS (ça devient compliqué) puis ce fameux Ifra. Enfin bref, vous l’aurez compris, je suis complètement perdue. Merci d’avance de votre part si vous avez une réponse à me fournir pour me sortir de là :p
    De bonnes fêtes à toutes et à tous,
    Sarah

  13. Bonjour,
    Ma question porte sur le certificat IFRA d’un mélange de 2 fragrances.
    Je dispose de leurs 2 certificats IFRA, la concentration d’utilisation maximale diffère selon certaines catégories.
    Comment dois-je faire pour mon propre certificat IFRA dans ce cas? (le produit final concerné n’est pas un savon ni un cosmétique, mais un produit de la catégorie 10A (spray d’ambiance). Pour mes autres catégories de produits, elles portent sur les 2 certificats IFRA d’origine la mention « non limité ».
    Merci d’avance pour votre retour.
    Lu.

    1. Bonjour,
      Les certificats IFRA doivent dans ce cas mentionner le détail des substances règlementées limitantes pour pouvoir reconstruire un certificat IFRA du mélanges.
      Parfois, les informations sur les substances permettant de faire cela sont dans les FDS.
      Sinon, il faut demander le détail au fournisseur.
      Si les deux parfums viennent du même fournisseur, le plus simple est de demander au fournisseur de faire l’IFRA du mélange.

  14. Merci de votre retour,
    j’ai la déclaration d’allergènes des 2 fragrances, les FDS, attestation d’absence de CMR et Phtalates.
    Sur quels éléments dois-je m’appuyer exactement svp?

    Merci d’avance,
    Lu

    1. Bonjour,
      La déclaration allergènes ne sert à rien.
      Il faut connaître le détail des substances règlementées limitantes.
      Soit elles sont indiquées dans le certificat IFRA, soit il faut les demander au fournisseur.
      Mais il faut ensuite un calculateur IFRA.
      Vous n’arriverez pas à faire ce calcul vous-même !

  15. Bonjour
    Comment savoir si une HE a une certification cosmétique?
    il y a aucune indication sur les emballages.
    Pour l’utilisation en massage une certification cosmétique est obligatoire.
    Un produit qui va sur la peau doit avoir une certification cosmétique.
    Je vous remercie d’avance.

    1. Une huile essentielle pure n’est à priori pas un produit cosmétique.
      Il n’est pas courant ni souhaitable dans la grande majorité des cas de réaliser un massage avec des huiles essentielles pures.
      Le simple fait d’appliquer un produit sur la peau ne suffit pas à le qualifier de produit cosmétique.
      Il doit aussi avec une fonction cosmétique.
      Voir l’article 2 du règlement européen 1223/2009 :
      On entend par “produit cosmétique”:
      “toute substance ou tout mélange destiné à être mis en contact avec les parties superficielles du corps humain (épiderme, systèmes pileux et capillaire, ongles, lèvres et organes génitaux externes) ou avec les dents et les muqueuses buccales en vue, exclusivement ou principalement, de les nettoyer, de les parfumer, d’en modifier l’aspect, de les protéger, de les maintenir en bon état ou de corriger les odeurs corporelles”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *