Archives

Prestation réglementaire pour tout produit cosmétique

La prestation de base, à partir de 165 € HT* par formule comprend :

  • La validation des ingrédients
  • La validation de la recette, des calculs, des formats, de l’exposition
  • Le calcul des formules qualitatives et quantitatives
  • La vérification et la rédaction de la trame de la partie A du rapport de sécurité
  • L’évaluation du risque pour la santé humaine (partie B du rapport de sécurité)
  • La création du compte et la notification des formules sur le CPNP
  • La validation de l’étiquetage

En option , nous pouvons vous établir le DIP complet sous forme numérique : 60 € HT/formule

* Devis à demander en fonction du nombre et de la complexité de vos formules

A titre d’exemple : 165 € HT pour un baume ou une huile sans HE, 210 € HT maximum pour un savon avec HE ou parfum.

Contacter Laurent Bousquet – Adepro – 06 78 50 33 77, laissez un commentaire ou envoyez un mail : l.bousquet@adepro-consultant.fr

 

Partagez !

187 commentaires pourPrestation réglementaire pour tout produit cosmétique

  • marchand

    Ah d’accord. Merci pour cette info. Je souhaite faire cette activité chez moi, en auto entrepreneur. Est ce compatible avec le BPF?

    Bien cordialement

  • Laurent

    Bonjour,
    Comment voulez-vous que je puisse savoir si vos locaux, votre organisation et vos procédures respectent les BPF ?
    Je crois que vous seule pouvez répondre à cette question malheureusement.
    Bien sincèrement.
    Laurent

  • marchand

    Je comprends, je parlais pour le statut auto entrepreneur. Merci pour vos réponses en tout cas, elles me sont d’une grande aide.

    bien cordialement

  • Paméla

    Bonjour
    Je souhaiterais acheter des pains de savons à un artisan pour les revendre à la coupe.
    Suis je tenue de déclarer à nouveau les formules, dans la mesure où elles auront déjà été déposées ?
    Je vous remercie,
    Cordialement
    Paméla

    • Laurent

      Bonjour,
      Quand vous parlez de déclaration et de dépôt, j’imagine que vous parlez du CPNP (=notification).
      Si vous vendez sous le nom et avec les informations fournies par l’artisan, inutile de le refaire.
      (Assurez-vous tout de même que c’est bien fait par l’artisan).
      Si vous vendez sous votre nom, il faut recréer un compte à votre nom et notifier à nouveau les produits.

  • Paméla

    Bonjour
    Où peut on trouver le guide des bonnes pratiques de fabrication ? J’ai cherché sur internet mais impossible de le trouver ?
    Je vous remercie
    Paméla

    • Laurent

      Bonjour,
      C’est une norme payante. Il faut l’acheter à l’AFNOR.

    • Marie-Hélène

      Bonjour,@Corinne
      s’il s’agit d’une norme qui a été mise à disposition « gratuitement » sur le net, vous prenez des risques
      – d’avoir une norme non mise à jour ou incomplète
      – et l’AFNOR (ou autre autorité) n’aime pas beaucoup cela 😉

    • Corinne

      En effet, c’est écrit en gros « norme européenne Bonnes pratiques de fabrication BPF » , et en petit:  » lignes directrices relatives aux bonnes pratiques de fabrication ».
      Je suis très choquée de voir qu’une norme soit payante. Ayant fait du Droit, je sais que l’accessibilité gratuite d’une norme obligatoire est un principe constitutionnel. Donc soit la norme n’est pas obligatoire, soit on exige la gratuité…
      Marie-Hélène, ce n’est pas moi qui suis dans l’illégalité, c’est l’AFNOR.

    • Marie-Hélène

      Bonjour @Corinne 🙂

      Cette norme ISO 22716 ne fait pas partie des normes obligatoires sur le site AFNOR mais elle est rendue obligatoire dans le domaine cosmétique par les différentes REGLEMENTATIONS COSMETIQUES.
      Si vous souhaitez fabriquer des cosmétiques, vous avez intérêt à comprendre les multiples subtilités des directives, opinions, avis…des autorités, et de l’ensemble des règlementations françaises, européennes, mais aussi internationales.
      Elles sont nombreuses et complexes.

      Non c’est vous qui êtes dans l’illégalité en utilisant une norme qui a été mise à disposition gratuitement de façon illégale sur le web. Illégal car interdit au nom du respect des droits d’auteurs, et ça, c’est aussi du fondamental en droit !

      Vous qui faites du droit, vous devriez savoir que :

      – « Conformément à l’article 17 du décret n° 2009-697, les normes d’application obligatoire sont consultables gratuitement sur notre site » – site AFNOR , mais que la 22716 n’y figure pas. (voir https://normalisation.afnor.org/foire-aux-questions/quelles-normes-application-obligatoire/)
      – « La réglementation relève des pouvoirs publics. Elle est l’expression d’une loi, d’un règlement et son application est imposée. A contrario, les normes revêtent un caractère volontaire. S’y conformer n’est pas une obligation. Elles traduisent l’engagement des entreprises à satisfaire un niveau de qualité et sécurité reconnu et approuvé ».

    • Marie-Hélène

      @ Corinne, je rajoute juste ceci à mon commentaire
      https://normalisation.afnor.org/foire-aux-questions/normes-volontaires-gratuites/
      pour comprendre pourquoi une norme d’application volontaire est payante, et donc protégée par les droits d’auteurs 🙂

      « Les normes volontaires sont des documents payants, protégées par le copyright. En effet, ce sont des documents à valeur ajoutée, élaborés par un organisme impartial avec le concours de toutes les parties prenantes »
      Pour la 22716, en dehors de l’ANSM, DGCCRF… une grande majorité des rédacteurs vient de l’ind cosmétique.

       » normes réglementaires : celles-ci sont présumées gratuites, car leur financement repose sur les deniers publics, donc les contributions de tous. »

    • Corinne

      @ Marie-Hélène: Ce texte dit clairement que « les normes d’application obligatoire sont consultables gratuitement sur notre site et sur celui de Légifrance. » DONC les BPF n’est pas une norme obligatoire. Sommes nous d’accord?

      Jurisprudence sur une norme afnor payante: https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?idTexte=CETATEXT000035317290

    • Laurent

      Bonjour,

      Bonjour,
      Je suis désolé mais j’ai dû effacer les commentaires qui portaient à confusion.
      Oui, Corinne, vous avez raison, le législateur n’a effectivement pas publié au JO les références de la norme applicable (voir article 8 du règlement 1223/2009).
      Néanmoins, tous les acteurs (autorités, organisations professionnelles, responsables de la mise sur le marché) s’accordent à dire que le texte de référence est bien la norme ISO 22716.
      Le respect des BPF est bien obligatoire (article 8) et le seul document de référence pour tout le monde est bien la norme ISO 22716.
      Laurent

    • Marie-Hélène

      J’ai déjà tout mis dans mes posts précédents.

      Tout d’abord, pour le lien que vous avez mis; la décision du Conseil d’Etat (décision n° 402752 du 28 juillet 2017) est relative à l’annulation de l’arrêté du 29 février 2016 qui concernaient les fluides frigorigènes et les gaz à effet de serre fluoré – avec des références de normes bien précises.

      La décision ne concerne en rien celui du décret n° 2009-697 du 16 juin 2009. Un arrêté signé du ministre chargé de l’industrie et du ou des ministres intéressés, est toujours nécessaire pour qu’une norme soit d’application obligatoire, et donc consultable gratuitement sur le site AFNOR (liste des normes gratuites sur mes liens dans posts ci-dessus et que je redonne ici https://www.legifrance.gouv.fr/Droit-francais/Normes-AFNOR-d-application-obligatoire avec à droite la colonne des textes réglementaires de mise en application obligatoire).
      Je le répète, les normes gratuites sont financées par les deniers publics.

      Dans le Règlement (CE) 1223/2009 (https://eur-lex.europa.eu/legal-content/fr/ALL/?uri=CELEX%3A32009R1223) , il est spécifié à l’article 8 « Bonnes pratiques de fabrication 1. La fabrication des produits cosmétiques respecte les bonnes pratiques de fabrication en vue de garantir les objectifs de l’article 1er… ».

      La norme BPF 22716 – dont les contributeurs viennent majoritairement de l’industrie cosmétique privée – n’a pas été décrétée d’application obligatoire par un arrêté signé du ministre, donc elle ne va pas se trouver dans la liste des normes gratuites sur AFNOR.
      Mais elle est considérée comme une exigence (donc obligatoire) par le règlement 1223/2009, et de fait, par les autorités en charge du contrôle de la mise sur le marché d’un cosmétique (l’ANSM et la DGCCRF), dans un souci de traçabilité, de qualité des produits cosmétiques, et de sécurité des consommateurs . Cette norme donne les éléments minimum à respecter, des lignes directrices. A chacun de se les réapproprier en rédigeant et détaillant ses propres protocoles.

      Je ne peux rien dire de plus 🙂

  • Paméla

    Bonjour
    Je voudrais savoir s’il était obligatoire d’avoir un local dédié à la production de savon, où s’il était possible de le faire de chez soi pour des petites quantités ?
    Je vous remercie par avance

    • Laurent

      Bonjour,
      Il est possible de faire chez soi, mais dans un local dédié.
      Si vous pensiez le faire dans votre cuisine, ce n’est pas possible.

  • Gabriel Medina

    Bonjour,
    je suis artisan savonnier et je veux commencer a fabriquer savon liquide pour la lessive et savon liquide pour la vaisselle. Je suis obligé a faire le dossier produit comme pour les produits cosmétiques? Il faut se faire une évaluation du produit par un pharmacien? Quel est la legislation relative a ce type des produits?

    Dans l’attente je vous souhaite un bon week-end

    Cordialement

  • Nadège

    Bonjour,

    Tout d’abord merci pour le temps que vous nous accordez.
    J’aimerais savoir si la formation de maitre savonnier à UESS me permet de valider mes formulations et mes DIP moi-même ?

    Cordialement

  • Bérénice

    Bonjour,
    est ce que n’importe quel pharmacien peut évaluer un produit? ou il faut une accréditation particulière? merci 🙂
    Bérénice

    • Laurent

      Bonjour,
      En théorie oui, mais il faut savoir le faire et n’importe quel pharmacien ne sait pas le faire.
      C’est un métier bien spécifique.

  • Valérie

    Bonjour, Est-il possible d’utiliser des couleurs naturelles (indigo, roucou, garance, épinards, café, canelle, paprika, etc) dans les savons? Est-ce que cela complexifie les démarches et le DIP? Merci Valérie

  • NICOLAS

    Bonjour,
    Actuellement, je suis salariée dans un tout autre domaine que la cosmétique et je souhaiterais créer une micro entreprise en savonnerie d ici 4 à 5 ans et construire mon dossier tranquillement.
    Mes questions sont les suivantes :
    Puis-je associer les deux activités?
    A l issu du stage sur les obligations réglementaires liées à la fabrication …. êtes-vous en mesure de délivrer un certificat professionnel. Combien de temps est il valable ? Comment la formation est reconnue par la CMA ?
    A l issue du stage, suis je en mesure d établir un DIP ? Une fois que les DIP sont réalisés, dois je finaliser mon projet ou puis je attendre éventuellement le moment où je ne serais plus en activité ?
    Y a t il d autres formations obligatoires ?

    Au niveau du DIF j ai acquis le maximum de points autorisés et à priori, valable jusqu’au 31/12/2020 si j ai bien compris …
    Savez vous comment la valeur du point est calculée? Puis les utiliser dans sa totalité ?
    Organisez vous des formations collectives ? si oui son tarif ?

    Beaucoup de réponses en perspective …..
    Merci pour votre investissement à répondre à nos interrogations.

    • Laurent

      Bonjour,
      Je ne comprends par votre question « Puis-je associer les deux activités? », je pense que c’est avec votre employeur que vous devez voir cela.
      Seule la formation de savonnier de deux semaines à l’UESS fait l’objet d’une certification reconnue.
      Les certifications n’ont pas de limite dans le temps.
      Cette formation est reconnue par les CMA.
      A l’issue de cette formation, vous êtes capable d’établir un DIP hormis l’évaluation du risque qui doit être réalisée par un professionnel titulaire d’un diplôme de médécine, de pharmacie ou de toxicologie.
      Il n’y a aucune formation obligatoire hormis la formation aux BPF.
      Pour le DIF et les prises en charge, vous trouverez les informations sur les formations collectives auprès de l’UESS directement : http://www.uess.fr
      Laurent Bousquet

  • NICOLAS

    Bonjour,
    Merci pour votre réponse claire et précise.
    J’ai omis de vous demander si l’exercice de cette profession pouvait être exercer dans un appartement qui serait dédié uniquement à cette activité ?

    Cordialement

    • Laurent

      Bonjour,
      En fait, ce qui compte, c’est le respect des BPF.
      Si les BPF sont respectées, la fabrication peut avoir lieu n’importe où.
      Bien sincèrement.
      Laurent

  • Sandra

    Bonjour Laurent,

    Tout d’abord, merci pour le temps que vous nous accordez!

    Je suis inscrite pour une prochaine session de formation à l’UESS et je prépare mon projet de savonnerie en parallèle.

    Dans le cadre de ce projet, j’étudie plusieurs possibilités d’aménagement des locaux, et notamment celle d’avoir un local sur mon lieu de vie.
    Le local que je souhaite dédier à la fabrication ne possède pas d’arrivée d’eau, celle-ci se trouve à proximité à l’extérieur. Pouvez-vous m’indiquer si cela est-compatible avec les BPF ou l’arrivée d’eau doit-elle se faire directement dans le local?

    Je vous remercie d’avance pour votre retour.
    Très belle journée,

    Cordialement
    Sandra

  • Laurent

    Bonjour,
    L’arrivée d’eau n’est pas concernée par les BPF sauf si cette eau est une matière première.
    Dans ce cas, il faudra se poser la question du transport et du stockage de cette matière première si l’arrivée est à l’extérieur du local.
    Laurent

  • Caroline

    Bonjour
    j’ai une formation d’ingénieur chimiste, puis-je valider seule mes formules.
    Pour l’évaluation des risques, dois-je le faire faire par un cabinet indépendant?

    je vous remercie d’avance

    Cordialement

    • Laurent

      Bonjour,
      Pour moi, valider une valide correspond à l’évaluation des risques.
      Cette évaluation doit être faite par une personne titulaire d’un diplôme de médecine ou de pharmacie.
      Laurent

    • Marie-Laure

      Bonjour,

      J’ai posé la question à l’ANSM et il est possible de valider ses produits également si on a un diplôme de toxicologie. Ça peut être un Master.

  • Alizée

    Bonjour,

    Dans le cadre d’un projet pédagogique au sein du collège dans lequel je travaille, nous souhaitons sensibiliser nos élèves et leurs parents aux produits naturels et écologiques. Au sein d’un atelier science, nous souhaitons confectionner des savons que nous aimerions ensuite vendre lors du marché de Noël de notre établissement. La confection aura lieu au sein de notre laboratoire. Auprès de qui pouvons nous faire valider notre recette sachant le contexte exceptionnel de notre action ?

    Bien cordialement.
    Alizée

    • Laurent

      Bonjour,
      Rien d’exceptionnel. Le collège sera la responsable de la mise sur le marché.
      Nous pouvons nous occuper de cette validation.
      Je vous envoie un mail plus détaillé avec les conditions.
      Laurent

  • Elodie

    Bonjour,
    Je suis française, je vis en République Dominicaine.
    Je n’ai pas la moindre expérience, je n’ai jamais réalisé de savon. Cependant je m’y interesse beaucoup et je vais en faire un loisir.
    Si ce loisir devenait une passion, avec l’expérience, je me connais, je voudrais en faire une reconversion.
    J’ai le temps mais j’ai des questions maintenant : si je voulais vendre des savons en République Dominicaine, quelles seraient les réglementations auxquelles je devrais me soumettre ? Française ou Dominicaine ? Dois-je être déclarée en France tout de même ? Faire une demande pour obtenir le statut d’artisan ? Faire valider mes formules en France même si je ne compte pas vendre ailleurs qu’en République Dominicaine ?
    Merci d’avance pour votre aide.
    Elodie

    • Laurent

      Bonjour,
      C’est la règlementation du pays dans lequel vous exercez et vous vendez qui s’applique.
      Donc inutile de respecter la règlementation française (européenne) si vous ne comptez pas vendre ailleurs qu’en République Dominicaine.
      Désolé, je ne connais pas la règlementation Dominicaine.
      Laurent

  • marie lannezval

    bonjour,
    j’ai aussi le projet de fabriquer et vendre des cosmétique( savons )
    je vient de lire tout les commentaires et voit souvent les abréviations BPF et DIP pouriez vous me dire se qu’elle signifie ?
    Merci d’avance
    marie

  • cecilia

    Bonjour Laurent.

    je suis en phase de création d’une gamme de cosmétique constituée uniquement d’huile végétales pures. c’est mon fournisseur qui s’occupe du DIP sauf qu’ils sont très vague quant au temps qu’il faut pour que le DIP soit constitué. pouvez vous m’éclairer de ce point de vue.
    merci.
    Cécilia

    • Laurent

      Bonjour,
      Réaliser une évaluation du risque (puis un DIP) nécessite l’obtention de documents de votre part et c’est souvent là que réside le flou.
      Elle se fait ensuite très rapidement mais est réalisée par un prestataire qui peut avoir une charge de travail.
      Pour parler de nous, au sortir de l’été, nous sommes chaque année débordés (il ne faudrait pas partir en vacances).
      De sorte que nous avons en ce moment 4 semaines d’attente.
      Au mois de décembre, nous n’aurons plus qu’une ou deux semaines d’attente.

  • kiera

    Bonjour Laurent,

    J’aimerais savoir, pour pouvoir vendre mes savons si je dois avoir une deuxième cuisine, c’est a dire une cuisine consacrée seulement a la fabrication des savons. Actuellement je les fabrique dans ma cuisine, mais j’ai entendue dire que je n’ai pas le doit de faire cela si je les vends (la je ne les fait que pour le plaisir et pour les perfectionner avant de les faire tester par des laboratoires). J’aimerais donc savoir si c’est vrai? Si oui, la cuisine que je doit fabriquer doit avoir quoi comme matériaux? C’est a dire, en bois, metal etc? Merci a vous

    • Laurent

      Bonjour,
      Si vous avez une deuxième cuisine consacrée seulement à la fabrication des savons, ce ne sera plus une cuisine mais un labo de fabrication des savons.
      Je vous confirme qu’il n’est pas envisageable de fabriquer des cosmétiques dans une cuisine « familiale ».
      Le local (voire les locaux) de fabrication des cosmétiques (cure, stockage) doivent répondre à des règles qu’il vous appartient de vous fixer dans le respect des BPF (norme 22716). Il n’y a pas de listes de matériaux autorisés, le bois est en revanche interdit.
      Il faut donc partir sur les surfaces lavables, inertes et compatibles avec les produits utilisés.
      Laurent

  • Nadège

    Bonjour,

    Je suis actuellement sur le montage de dossier auto-entrepreneur pour ma savonnerie artisanal bio.
    Il me semble qu’une formation aux BPF cosmétique est obligatoire.
    Voici mes questions :
    – est-ce que la formation UESS maitre savonnier (que j’envisage pour les sessions 2019) me dispense de celle-ci ?
    – Si, Non. Connaissez-vous un centre de formation en région PACA ?
    – Avez-vous une idée du nombre de jour et du tarif pratiquer en générale ?

    Je vous remercie par avance pour votre disponibilité et votre gentillesse.

    Nadège

  • Nadège

    Bonjour,

    Je vois sur votre réponse du post de Nicolas du 8 Juin 2018. « Il n’y a aucune formation obligatoire hormis la formation aux BPF ».
    Je suis actuellement en plein montage de administratif et financier de ma savonnerie artisanale bio et je ne savais pas que la formation BPF était obligatoire.
    Je vis dans le Var, ou dois-je passer cette formation au plus prés, connaissez-vous les tarifs appliqués pour cette formation ?

    Je vous remercie par avance pour votre disponibilité;

    Nadège

  • Laura

    Bonjour,

    Le toxicologue valide-t-il uniquement le produit ou la formule en général?
    Si j’ai la même formule (même base, parfum, colorants) pour deux savons de formes différentes (exemple : un savon barre classique et un cupcake), suis-je obligée de faire valider les deux sachant que c’est la même formule? Je dois faire deux DIP ça c’est sûr mais je ne sais pas si je suis obligée de repayer la validation de la formule.

    Merci pour votre aide!

    • Laurent

      Bonjour,
      Le toxicologue valide la formule, les formes, les poids, les emballages.
      Pour une même formule, on ne fait qu’un seul rapport et un seul DIP qui inclut tous les formats
      Laurent

  • Lily

    Bonjour,
    Je fais suite à la dernière question. Si on a déjà fait valider son DIP et que l’on souhaite par la suite de rajouter une nouvelle forme ou un nouveau poids de savon, comment peut-on procéder dans ce cas là ?

    Merci d’avance

  • Laurent

    Bonjour,
    Il faut en informer son évaluateur.

  • cecilia

    Bonsoir Laurent.

    D’abord merci pour votre disponibilité et de prendre le temps de répondre à toutes nos questions.
    je voudrais encore m’assurer si les huiles essentielles sont comme les huiles végétales sujettes à un DIP + évaluation + notification au portail. Et si oui est ce les même coûts?
    merci d’avance.
    Cécilia.

    • laurent

      Bonsoir,
      Seuls les produits cosmétiques doivent avoir un DIP.
      Quel usage cosmétique peut avoir une huile essentielle ?
      Pour mémoire, la définition d’un produit cosmétique se trouve à l’article 2 du règlement 1223/2009.
      Laurent

  • Jennifer

    Bonjour,
    Je souhaite ouvrir une boutique en ligne de produits cosmetiques provenant de la Corée du sud via un distributeur agréé basé en Corée du sud. Je précise que les produits que je souhaite vendre sont déjà commercialisés en France via des boutiques physiques et en ligne.
    Je me demande si je doit être la personne responsable et si je dois notifier les produits sur le portail CPNP. Comme ces produits sont vendus en France, les premiers importateurs ou distributeurs ont fais le necessaire donc les produits doivent être normalement »conformes »et en règle.Je pensais juste sélectionner quelques produits qui se vendent déjà sur le territoire national sans faire toutes ses démarches. Merci de m’éclairer
    Cordialement,
    Jennifer

    • Laurent

      Bonjour,
      Difficile de répondre à votre question avec ces seuls éléments.
      La première question à se poser est : qui est la personne responsable ?
      S’il y a un nom et une adresse en Europe sur les packagings, vous êtes tranquille à priori (sous réserve que la personne responsable soit en règle).
      Dans le cas contraire et si vous mettez votre nom et votre adresse sur les packaging, vous garantissez la conformité avec le règlement européene, c’est-à-dire que vous devez :
      – Avoir les DIP
      – Notifier le produit sur le CPNP
      – Vous assurer que les BPF sont respectées

      Laurent

  • Loic

    Bonjour, je souhaiterais commander différente huile pour les mélanger afin de les commercialiser. Au niveau des locaux esque techniquement c’est possible de fair cela chez sois ? Avec une salle dédiée avec de linox, une fenêtre ect …

    • Laurent

      Bonjour,
      J’imagine que ces mélanges sont à vocation cosmétique. Si c’est le cas, vous devez respecter les BPF.
      Il est tout a fait possible de les respecter si vous avez des locaux dédiés.
      Laurent

  • Jean-Michel

    Bonsoir Laurent et merci pour vos réponses.
    Je ne vois pas la réponse à une question qui a déjà été posée: une formation aux BPF est-elle obligatoire si on veut fabriquer un savon?
    Cordialement,
    Jean-Michel

    • Laurent

      Bonjour,
      Le point 4 du chapitre 3 de la norme exige une formation BPF à tout le personnel.
      Mais dans les faits, les autorités n’exigent pas cette preuve si les BPF sont respectées.
      Mais comment être sûr de respecter les BPF sans être au minimum formé ?
      Laurent

  • Elise

    bonjour Laurent
    avant tout merci de prendre le temps de répondre à toute nos questions.
    je suis une passionnée de produits cosmétiques naturelle
    mon but est de créer des ateliers cosmétique, j’aimerai
    réaliser mes propres formulations et les proposer lors de mes ateliers.
    faut il un diplôme ou une certification, pour pouvoir proposer ce genre
    de prestations.
    BIEN CORDIALEMENT

    • Laurent

      Bonjour,
      Il n’y a pas de diplôme ou de formation obligatoire.
      Néanmoins, les BPF indiquent que toute personne doit posséder une formation adéquate pour fabriquer des cosmétiques, sur les BPF et aux tâches à réaliser.
      Laurent

  • Leblanc

    Bonjour pouvez vous m’envoyer vos formations et prestations par mail?
    Merci d’avance

  • Kaya

    Bonsoir, je suis en train de rédiger mes dip, je souhaiterai avoir un devis pour mes recettes, pouvez-vous me donner une adresse mail ou je puisse vous adresser mes demandes de devis? D’autre part, je souhaite élaborer aussi une formule pour animaux, me confirmez- vous bien que je n’ai pas besoin de dip pour celle ci?
    Merci pour vos réponses, et votre temps.
    Cordialement

  • Sophie

    Bonjour Laurent,
    Je suis intéressée pour reprendre une affaire. Dois-je revalider les recettes lors de la reprise de l’activité ? Merci pour votre réponse, Cdlt.

    • Laurent

      Bonjour,
      Il n’est pas nécessaire de refaire les évaluations sauf si les formules contiennent des substances qui ont été soumises à des nouvelles restrictions depuis l’évaluation. Il faut aussi s’assurer que l’évaluation a bien été faite conformément au Règlement 1223/2009 et non pas sous l’ancienne directive.
      Laurent

  • Ria

    Bonjour, serait-il possible de savoir si le DIP et le rapport sur la sécurité du produit peuvent être rédigés en anglais? Ceci est bien une langue « facilement comprise par les autorités compétentes de l’État membre » y compris par les autorités françaises, non? Car le règlement n’est pas plus précis que ça là-dessus. Merci d’avance

  • julia

    Bonsoir Laurent, bonsoir tout le monde.

    Comment se passe l évaluation des savons? faut il envoyer des pièces? ou les recettes et le DIP suffisent ? Si je comprends bien vous même validez des formules? Ou pourrais je me renseigner sur les tarifs? les société qui le font etc. ? d autre part ou a t on accès aux BPF svp. Merci beaucoup pour toutes vos réponses. Julia

    • Laurent

      Bonjour,
      Oui, il faut nous envoyer les recettes et la documentation des matières premières.
      Le DIP, c’est l’étape suivante car le DIP contient le rapport de sécurité que nous allons produire.
      Oui, nous validons les formules.

      Voici nos tarifs :
      160 € HT pour un reconditionnement simple de matière première naturelle à l’usage cosmétique avéré,
      165 € HT un baume gras naturel (sans eau) ou une huile sans HE,
      190 € HT pour un cosmétique simple naturel ou un savon sans HE ou parfum,
      210 € HT pour un cosmétique simple naturel ou un savon avec HE ou parfum
      245 € HT pour un cosmétique complexe naturel ou « bio »
      Vous aurez tous les documents à l’issue de la prestation de base pour constituer vos DIP
      Mais nous pouvons vous proposer en option de les constituer : 60 € HT par formule

      La norme ISO 22716 (BPF) s’achète à l’Afnor.

      Laurent

  • Simone

    bonjour Laurent, j’ai créé mon entreprise et je suis prête à vendre mes savons mais il me faut trouver un évaluateur pour valider mon travail.
    J’ai actuellemnt 3 dossiers DIP prêts à être évalués et je compte au final avoir une 10ène de savons différents.
    Pouvez vous me faire un devis en sachant que j’ai 2 formules sans huiles essentielles et HE ou fragrances pour le reste.
    J’attends que l’évaluation soit faite pour m’inscrire sur le portail CPNP et ANSM
    Comment procéder? Mes documents sont informatisés. Quel sera le coût pour 10 formules et le délai pour déjà mes 3 formules prêtes?

    Merci de votre réponse, cordialement Simone

  • Simone

    je vous redonne mon email, je ne sais pas si je vous l’ai écrit correctement car je n’ai pas reçu de message
    bon WE, Simone

  • Sandrine

    Bonjour Laurent
    Si j ai tout bien compris durant la formation à l uess et toutes les questions et réponses sur ce forum le labo peut se trouver dans une pièce sans arrivée d eau si nous utilisons de la lessive de soude et sachant que la vaisselle sera faite ailleurs. ??
    Mer ci pour ta réponse
    Bien à toi

    • Laurent

      Bonjour,
      Tout à fait.
      Dans l’absolu, une zone de nettoyage est même considérée comme un zone sale du point de vue des BPF. Il est donc presque mieux de faire la vaisselle ailleurs à condition de maîtriser les conditions de transport et de stockages des équipements propres.
      Mais attention, un point d’eau est très fortement conseillé pour la sécurité, même en cas d’utilisation de solution de soude.
      Il faut à mon avis disposer d’une solution pour pouvoir se rincer les yeux immédiatement en cas de projection.
      Laurent

  • artisansavonnier

    Bonsoir Laurent,

    « Le spécialiste » du cosmétique ^^ Merci de nous éclairer dans nos interrogations…
    Je viens de terminer une pièce de 30m2 (isolation, peinture, sols neuf…) pour réaliser mon laboratoire cosmétique .

    Ma question: Puis-je dans ce même espace, organiser différentes zones : zone de production, séchage, de stockage des matières premières et des emballages, stockage de ma production … sans pour autant mettre des cloisons entre ?

    Merci par avance,
    Bien cordialement,

  • Noémie

    Bonjour
    Pouvez-vous me contacter pour la réalisation d’un DIP ?
    Cordialement

  • houda

    Bonjour,

    Je vous remercie pour toutes les informations que vous fournissiez sur votre site, c’est très clair et bien expliqué!

    Par contre vous aviez parler d’un contrat avec les fournisseurs concernant les DIP, je voudrais travailler avec un fournisseurs français (revente de leurs produit déja existant sur le marché mais avec ma marque), ils ne veulent pas me fournir leurs DIP, ils disent que c’est confidentiel ( ce qui est compréhensible).
    Auriez vous un contrat type a me fournir et comment l’ appelle t’on ?

    Dans l’attente de votre retour ,

    Houda

    • Laurent

      Bonjour,

      Si vous faites fabriquer des produits cosmétiques en sous-traitance, ils vous proposeront probablement leur contrat.
      Sinon, vous pouvez rédiger le votre.
      Il n’y a pas de modèle puisque par définition, un contrat est là pour s’accorder dans un cas précis des devoirs de chaque partie.
      Je vous conseille la lecture du chapitre XII Sous-traitance de la norme BPF 22716.

      S’il ne veulent pas vous fournir les DIP ou les éléments permettant de les constituer, soit vous revendez leurs produits en laissant leur nom et et leur adresse, soit vous trouvez un autre fabricant qui accepte.

      Laurent

  • Görtz Céline

    Bonjour,
    je découvre l’institut du savon et toutes les informations précieuses que vous dispensez!
    J’envisage de démarrer une activité de savonnière prochainement. J’ai à mon domicile une 2e cuisine de 7m2 que nous n’utilisons pas, et dont je souhaiterais savoir si je peux la transformer en labo afin de démarrer mon activité.
    A la lecture des commentaires précédents, je comprends bien qu’elle ne respecte pas les BPF puisque le sol est en liège, les murs en bois (c’est un chalet) et le plan de travail en bois! En changeant les meubles de cuisine (des meubles basiques feraient l’affaire, du moment qu’ils sont facilement lavables?), le sol pour un lino, et en mettant des crédences inox sur les points de travail, ce local pourrait-il satisfaire la norme ISO 22716?
    La cure et le stockage peuvent-ils se faire dans cette même pièce?
    Et enfin, y a t’il des contrôles? et par qui?
    Merci d’avance pour vos réponses,
    bien cordialement

    • Laurent

      Bonjour,
      Je ne peux malheureusement pas me prononcer sur la conformité d’un local avec ces quelques renseignements.
      7m² me paraissent en revanche beaucoup trop faibles.
      La cure doit être un espace indépendant sans autre activité.
      Les contrôles sont faits par la DPP.
      Laurent

  • Florence

    Bonjour,

    Je voudrais vendre mes savons saponifiés à froid. J’ai déjà recueilli pas mal d’infos pour constituer les DIP et les démarches administratives. Je voudrais connaitre le nom des tests obligatoires pour la constitution du DIP et quand dois-je les faire faire? (Avant d’avoir le local professionnel au norme BPF ou puis-je les faire faire avant?
    Merci.
    Bonne journée.
    Florence.

    • Laurent

      Bonjour,
      Pour l’évaluation de la sécurité d’un savon à froid, nous ne demandons pas de tests.
      Il n’y a pas d’ordre à respecter pour les différentes exigences règlementaires, hormis la notification qui doit se faire à la fin, une fois le produit validé.
      Laurent.

  • Philippe

    Bonjour,
    Etablissez vous des devis pour les DIP svp ? Pourriez vous me renseigner sur vos tarifs ?
    Egalement, quelle serait la taille minimale selon vous, pour un labo correct (j’ai une toute petite production : inférieure à 500 savons à l’année).
    La cure peut-elle se faire complètement ailleurs ?
    Bien cordialement,

    • Laurent

      Bonjour,
      Oui, nous réalisons les DIP. Je viens de vous envoyer un mail détaillé.
      Pour une production de 500 savons à l’année, tout doit rentrer dans 10 m² à mon avis.
      La cure doit être séparé de la zone de fabrication donc ailleurs, c’est parfait.
      Laurent

  • gui

    Bonjour,
    je voudrais revendre des produits importé d’Afrique. Le problème c’est que les fabricants que j’ai contacté n’ont aucun documents…
    Il faudrait que fasse analyser les produits et que je fasse faire le DIP c’est ça?
    Par contre pour le respect des BPF comment ça se passe?
    Est-ce que c’est possible?

    Merci d’avance

    • Laurent

      Bonjour,

      Oui, vous devrez faire un DIP.
      Pour cela, toutes les matières premières devront être documentées et il faudra apporter la preuve du respect des BPF, en fournisssant par exemple le manuel qualité, et/ou le classeur des procédures et/ou un rapport d’audit.
      C’est possible si les fabricants ont les documents et respectent les BPF.
      C’est impossible à valider si les fabricants n’ont pas les documents et ne respectent pas les BPF.

      Laurent

  • Suzanne

    Bonjour Laurent

    Merci pour votre disponibilité, les informations que vous fournissez sont toujours utiles.
    Une entreprise Cosmetique européenne peut elle être la personne responsable pour enregistrer une marque au portail européen si cette dernière est une compagnie étrangère? Et quels sont les engagements de la compagnie responsable installée en Europe?
    Merci d’avacné pour votre réponse.
    Suzanne

  • Suzanne

    Bonjour Laurent

    Merci pour votre disponibilité, les informations que vous fournissez sont toujours utiles.
    Une entreprise Cosmetique européenne peut elle être la personne responsable pour enregistrer une marque au portail européen si cette dernière est une compagnie étrangère? Et quels sont les engagements de la compagnie responsable installée en Europe?
    Merci d’avace pour votre réponse.
    Suzanne

    • Laurent

      Bonjour,
      On n’enregistre pas des marques sur le CPNP mais une personne responsable et des produits.
      Pas de souci donc si l’entreprise personne responsable est européenne.
      Cette entreprise est garante du respect de la totalité des obligations réglementaires.
      Laurent

  • Florence

    Bonjour, je souhaite réaliser des macérats huileux qui serviront de base à mes baumes, et si j’ai bien compris je dois rédiger une fiche de données sécurité pour chaque macérat huileux que je produis.
    Je souhaite utiliser les huiles bio de petits producteurs locaux, qui ne peuvent pas nécessairement produire de fiche de données sécurité concernant leurs huiles. Puis-je quand même utiliser leurs huiles pour mes macérats ou ai-je nécessairement besoin que les huiles soient de qualité cosmétique et fassent l’objet d’une fiche de données sécurité ? Je vous remercie par avance de votre réponse.

    florence

    • Laurent

      Bonjour,
      De notre côté, nous ne demanderons pas de FDS pour réaliser l’évaluation.
      Voici ce que nous demandons :

      Pour tous les ingrédients : fiche de données de sécurité, fiche technique.
      Pour l’eau : preuve de la potabilité.
      Pour les argiles : fiche de données de sécurité, fiche technique, teneurs en métaux lourds.
      Pour les colorants, micas, charbon : fiche de données de sécurité, fiche technique, composition détaillée, teneurs en métaux lourds, respect des critères de pureté.
      Pour les huiles essentielles : fiche de données de sécurité, fiche technique, listes des allergènes, certificat IFRA (48ème amendement).
      Pour les parfums : fiche de données de sécurité, fiche technique, listes des allergènes, certificat IFRA (48ème amendement), certificat RCE ou FSE (preuve de la conformité au Règlement européen 1223/2009), certificat CMR.
      Pour les produits alimentaires achetés en magasin (hors HE, colorants, parfums, argiles, ingrédients réglementés) : la photo des emballages peut suffire.
      Pour les produits que vous fabriquez vous-mêmes : un descriptif de la fabrication avec les quantités employées et les données sur les matières premières utilisées.
      Attention, pour les macérations, infusions et préparations à base de plantes, une pré-évaluation peut être nécessaire dans le cas où il s’agit de plantes contenant des huiles essentielles ou de plantes dont l’usage traditionnel en cosmétique est peu documenté.

      Je vous envoie aussi en message privé le détail de nos prestations.

      Laurent

  • guilmet aline

    bonjour,j ai bien reçu votre mail. je voudrais savoir si vous placez les galets shampoings dans la catégorie cosmétique simple ou cosmétique complexe ,Pour ses produits vous délivrez le DIP, mais pour le BPF si c’est vous qui le délivrez sinon où dois-je me renseigner et si elle est obligatoire pour la vente des galets shampoings et à quel prix merci je vous demande tous cela enfin de calculer combien de recette je vous transmettrais à l’avance je vous en remercie Mme Guilmet

    • Laurent

      Bonjour,

      C’est la formule du produit qui détermine s’il est simple ou complexe.
      Il est obligatoire de respecter les BPF pour la fabrication de tous les produits cosmétiques quels qu’ils soient.
      Il n’y a pas de « délivrance » des BPF, c’est une norme à respecter (ISO 22716).

      Pour une bonne gestion de vos dossiers, merci de communiquer plutôt par mail.

      laurent

Laisser une réponse sur Suzanne

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>