Archives

13 commentaires pourQuel logo pour la saponification à froid ?

  • Donc si j’ai bien compris, si je persiste à utiliser le logo actuel chez Gaiia nous sommes des amateurs ?
    Je comprends que la tentation du communautarisme ultra-verrouillé soit grande dans ces périodes troubles, mais cela n’a jamais été une solution.

  • Laurent

    Bonjour Franck,

    Non, tu n’as ABSOLUMENT pas compris.

    Il ne s’agit PAS DU TOUT de protectionisme ou de communautarisme.
    Il s’agit tout simplement d’offrir des garanties aux consommateurs, au delà de la simple méthode.

    Et il faut pour cela contrôler et vérifier.

    Aujourd’hui, personne ne peut annoncer un produit bio, un label rouge, … sans un minimum de contrôle. Je déplore aussi que l’on ne puisse pas faire confiance à tout le monde.

    Et puisque tu me tends la perche, j’ai déjà vu ton logo sur du savon qui n’était pas du savon à froid.

  • Moune

    Bizarrement je suis d’accord avec vous deux! Je comprends tout à fait l’avis de Frank, il serait temps de faire confiance et de partager, et le logo qu’il a créé est synonyme de cet état d’esprit! Mais je comprends aussi le côté contrôle de la qualité de Laurent afin d’avoir un gage de qualité pour des professionnels face aux consommateurs de plus en plus demandeur de label!
    2 logos distincts seront parfaits, chacun utilisera celui qui lui correspondra ou même les 2 pourquoi pas !
    Et puis pour les professionnels, l’absence de logo ne signifie pas non plus absence de professionnalisme, ni manque de rigueur et de qualité, chacun reste libre après tout!

  • Je pense un peu comme Moune, les deux discours se tiennent…

    Il faut pour un label « pro » avoir des contrôles associés, gages du respect de la charte.
    Mais je répugne à écarter les amateurs, dont certains sont très forts, passionnés et maitrisent remarquablement bien les techniques de saponification. Il doivent donc avoir à leur disposition un logo également, mais on ne peut leur imposer les mêmes contrôles.

    Je pense donc que l’on en viendra à devoir créer deux logos, en effet…
    Pourquoi? Parce que la philosophie et les besoins sont différents.

    Il y a d’un coté le besoin d’offrir aux clients (donc pour les pro) une garantie de qualité validée par un ou plusieurs contrôles afin d’écarter toute envie d’abus pour des motifs purement vénaux (ceci étant une tentation purement pro, les amateurs n’ayant pas ce motif mercantile).
    Et il y a de l’autre coté une grande envie d’appartenance à un groupe, presque une communauté de passionnés qui a besoin de reconnaissance, des amateurs éclairés conscients de la valeur de leurs produits et désireux de se démarquer des fabricants moins scrupuleux.

    Le truc, forcément, c’est que les pro se reconnaissent aussi dans le second cas… Alors est-ce qu’un logo « mixte » suffirait?
    Je pense que pour la vente il faudra en effet mettre en place un logo pro spécifique, ne serait ce que pour les garanties supplémentaires qu’il apportera.

    Ceci sans vouloir dévaluer le logo SAF actuel qui trône avec fierté sur mes étiquettes depuis le début!

  • Et voilà!!!!!!!!!!!! ça ne pouvait pas évoluer autrement bien sur, c’était trop beau! Je comprend les deux manières de penser, tout en préférant celle de Franck!
    Je trouve que nous avons assez de règlementations à respecter sans en ajouter une de plus! et des fraudeurs!!!!!!!!!!! il y en aura toujours, on peut pas contrôler tout le monde, regardez ce qui se passe avec les prothèses PIP! Il y a les gens corrects et les autres! Et des gens qui trafiquent ou trichent, rien ne les dérangent! Voyez dans les savons: l’appellation
    Deux logos?????????? et quoi encore, vous trouvez pas que déjà les gens ont du mal à comprendre? et alors bientôt ceux qui ont compris auront deux logos sur leurs savons à froid? Et si on n’accepte pas celui de l’institut, notre savon sera hors la loi?
    Je suis dégouté franchement!

    • Laurent

      Petites précisions :
      Quand je parle de contrôles, je me réfère aux résultats de l’enquête du groupe « Communication – Actions collectives » à laquelle vous avez répondu.
      (Voir réponses à la question 1, vous avez normalement tous reçu ces résultats.).
      Et si vous relisez bien mon article, je parle de « contrôle de la diffusion ».
      Personnellement, je pense qu’une simple commission au sein de la future association suffirait pour accorder à un savonnier le droit d’utiliser le logo. Accessoirement, cela permettrait de donner quelques moyens à l’association, moyennant une modique adhésion.
      Mais ces débats n’ont pu avoir lieu suite au départ d’un des animateurs.

      Enfin, il ne s’agit pas ici de parler du « logo de l’Institut du Savon », l’institut du savon ne fait que donner un cadre aux discussions. La charte a été déposée au nom de tous les co-auteurs. Le logo aurait été déposé en tant que marque collective, le tout transféré à la future association.

  • je me retrouve comme beaucoup dans les deux positions: blogueuse amateure SAF, avec des créations nullement destinées à la vente, mais juste pour assouvir ma passion du savon et des essais en tous genres, mais je suis également pro.et en tant sur pro je dois pouvoir fournir à des clients qui ne connaissent rien de rien au savon une garantie de mon professionnalisme.La garantie ne passe, et j’en suis la première désolée, uniquement par le contrôle, ou du moins un engagement signé.Ce ne sont pas blogueuses et les passionnés du savon qui m’effraient, mais les peu scrupuleux, qui vendent du n’importe quoi, en racontant n’importe quoi et qui seront bien content de trouver un logo en liberté si je puis dire…ca ne me fait pas plus plaisir qu’à vous, mais les abus et de la mauvaise foi de certains concurrents, quand moi je travaille honnêtement me pousse, oui,à chercher une certaine rigueur derrière laquelle me protéger.je vous assure que que ce n’est pas facile de vendre un bon produit, quand d’autres à coté osent dire qu’ils font la même chose, mais moins cher…voilà.Ce n’est pas un clivage amateur/professionnel, mais bien la recherche d’un certain confort dans le travail, parce que c’est notre gagne-pain,tout simplement.Nous ne pouvons pas avoir la même vision des choses, quand notre paie à la fin du mois en dépend.j’en suis aussi désolée que vous, mais la réalité est bien là pour m’empêcher aujourd’hui d’imaginer autre chose.mais il me parait aussi important de reconnaitre l’importance des passionnés amateurs qui ont fait énormément pour la SAF et sa diffusion.Donc oui pourquoi pas avoir deux logos, et pourquoi pas dans certains cas, ce que je pense être le mien, apposer les deux sur nos savons?

  • claude

    svp suivez mon raisonnement 5 minutes créons une association des savonniers ( pro et amateur) les pros ayant un statut actif avec une adhésion de membres actif et les amateurs une adhésion bienfaiteurs . pourquoi pas une charte commune aux pros et amateurs et garder le même logo celui de Franck ,il est déjà connu et plébiscité autant par les pros que les amateurs ,différencions le seulement par exemple par la couleur de fond exemple les pros logo fond gris et les amateurs fond vert , nous ne devons pas avoir peur des amateurs au contraire ils sont aussi via leurs blogs un très bon moyen de communication concernant la saponification a froid !!!!de plus certains amateurs n’ont que de nom amateur et les pros ont beaucoup a apprendre d’eux et ne doivent pas oublier qu’ils ont été amateurs .
    Ne nous trompons pas de cible c’est des fraudeurs qu’il faud avoir peur ,mais c’est certains il y auras fraude , maintenant pour l’histoire d’une commission de savonniers siégeant a l’association qui donnent l’autorisation de diffuser pour les pros le logo entièrement d’accord .Maintenant peut être ai je une vision simpliste a vous de me dire .

  • Moune

    Pas mal la proposition de Claude! Un même logo de différente couleur qui différencie les amateurs des pros, ça c’est vraiment simple et idéal non? Encore faut-il que Franck soit d’accord pour cela mais je trouve l’idée géniale!
    Et quand je parle d’amateur, pour moi ce sont les non pro mais cela ne veut pas dire qu’il soient moins bons que les pros, juste qu’ils n’en vivent pas financièrement!

  • Jeff Renault

    Je trouve la synthèse de Claude assez pertinente et équilibrée. Il serait désastreux de nous diviser entre savonniers amateurs et savonniers pros. Nous devons ensemble défendre le savon et aller dans la même direction.

    Oui, les ennemis sont les fraudeurs. Et oui, il nous faut les combattre ensemble. Mais ne nous leurrons pas : il y aura TOUJOURS des fraudeurs ! Aucun contrôle ne peut nous prémunir de leur nuisance. En revanche, l’autorisation d’utiliser le logo en contrepartie de l’adhésion à la charte permettra de pouvoir dénoncer une utilisation frauduleuse du logo et de pouvoir agir. Ce contrôle a posteriori devra être exercé par chacun d’entre nous, non pas seulement pour ceux qui en vivent (ce qui est en effet une problématique) mais dans l’intérêt du produit que nous défendons, et dans le respect des consommateurs.

    Il existe en France bien des contraintes et conditions à remplir, pour conformité avec les règles sanitaires notamment, et être en règle avec par exemple l’AFSSAPS. Pourtant, nous découvrons depuis quelques mois (Mediator d’abord, PIP maintenant) que cela n’empêche aucunement des individus ou entreprises peu scrupuleuses d’obtenir toutes les autorisations nécessaires qui leur permettent de rassurer fallacieusement le consommateur.

    J’ai tendance à considérer que l’excès de réglementation n’est bon que pour des structures avec des gros moyens, et deviennent même des obstacles à une approche artisanale que nombre d’entre nous appelons de nos vœux. Il nous faut donc considérer que nous ne devons pas devenir trop rigides au risque de nous déranger nous (amateurs et pros confondus), sans que cela n’affecte les fraudeurs ou charlatans.

    De mon point de vue, un logo devrait être suffisant pour ne pas compliquer le message et brouiller les usagers. L’idée d’un fond différent entre pro et amateur peut s’entendre, ou un signe discret mais distinctif (pourquoi pas l’étoile, dont la signification par ailleurs m’échappe). Le logo pourrait être utiliser en souscrivant à la charte. C’est simple, peu couteux, et nous ferons la police entre nous (si on repère le logo sur un produit, on vérifie en se connectant si la personne adhère à la charte).

  • Je trouve que les trois derniers commentaires sont de grande qualité et font une bonne synthèse…

    Zsa zsa il y a un besoin pour les pro, je le ressens comme toi, de pouvoir montrer son engagement et son sérieux via un logo vite repéré et contrôlé. Une façon de pouvoir se démarquer des escrocs ou des savonniers non scrupuleux qui abusent de l’ignorance du public…

    L’idée de Claude d’avoir le même logo avec un code couleur me semble excellente, et le fait pour les pro de contribuer financièrement à la vie de l’association alors que les amateurs pourraient adhérer en qualité de membres bienfaiteurs est très bonne également.

    Je ne pense pas qu’à aucun moment il n’ait été question de se méfier des « amateurs » (nous l’étions tous avant de passer pro, et bon nombre deviendront pro un jour aussi…). Leur qualité n’a jamais été mise en cause, tout le monde est d’accord là dessus.
    Par contre la difficulté est de tenir compte des impératifs de chacun, sans léser personne. D’où ce débat assez passionnant! :-)

    Quand à moi, coté logo, je ne me vois pas en rajouter un troisième (avec le logo pour la DLC) sur des étiquettes déjà surchargées de mentions légales… Je souhaite que l’on puisse toujours voir les savons qui se cachent derrière elles!
    Par contre, utiliser un logo d’une couleur pour mes savons en vente, et le même d’une autre couleur pour mes essais que j’offre à la famille et aux amies me semble sympa.

  • Lorsque je marquais « les trois derniers commentaires » c’était sans compter celui de Jeff Renault qui s’est « interposé » le temps que j’écrive, son avis est d’ailleurs très intéressant également… :-)

  • Bonsoir à tous,

    Entièrement d’accord avec les derniers commentaires. La question est : comment s’assurer que le logo ne soit pas utilisé de façon sauvage ? Comment s’assurer que l’utilisateur est en accord avec la charte ? Pro ou non, il faudra que l’utilisateur du logo soit connu de ceux qui en auront la charge. Et donc, que l’utilisation du logo passe obligatoirement par l’adhésion et la signature de la charte, que ce soit en amateur ou en pro. Cela n’empêchera pas les usurpations sauvages, mais l’association aura peut-être les moyens juridiques de dénoncer l’utilisation frauduleuse. Je ne vois pas forcément l’intérêt de distinguer les pro et les autres (qui ne vendront pas leurs créations et dont la diffusion – en dehors de leurs publications sur internet – sera moindre). Oui, peut-être une petite distinction comme la couleur…

Commenter

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>